Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cyprine Palace
  • Cyprine Palace
  • : "un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la seule force interne de son style" G. Flaubert
  • Contact

Recherche

10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 00:04
Il y a de hautes colonnes de métal. Les tiges compliquées de masses de lys blancs dans des formes géométriques de verre épais. Des serviettes humides et chaudes. La mer de Chine et les courbes du Harcourt garden. Tu es sur la table et je lèche les mamelons marrons de tes petits seins qui ne pendent pas même. Le cône de ta peau de papier que je mouille. Il y a le goût un peu de colle de nos errements dans les ruelles chaudes. Je t'essuie avec les serviettes chaudes et m'applique à déplier une à une les lamelles de tes peaux roses. Il y a de larges pétales d'ibiscus sang sur le rebord des nappes de coton blanc. Je frotte en te regardant le haut des lèvres. Je veux que tu te caresses. Comme s'il y avait une fine pélicule d'eau au-dessus de laquelle tu t'appelais bien Weï. Et au-dessous de laquelle mon sperme envahissait mon cerveau en fines veinules et filaments d'argents. Je vois tes doigts qui n'entrent pas et appuient avec une force lente. Tu ne cesses rien et je vois tes yeux qui ne me voient plus à la recherche de quoi qui n'est jamais nous. Tu es à quatre pattes sur cette table et alors que tu ne cesses ton travail de doigts, j'écarte les deux fesses bistres de ta raie dont sur l'anus resséré je pose ma langue. Je te lèche tout le cul et je nettoie jusqu'aux profondeurs là où je parviens peu à peu de ton boyau chaud. Je lèche le plat lisse et courbe de tes fesses et les sueurs aigres déposées dans cette raie que je sépare, que j'écarte, dont je fouille et détend la profondeur. Parfois maintenant je touche tes doigts qui m'ignorent et sont dans des sacades lentes et un peu brutales de hoquets rauques. Tout soudain qui baille de ma langue et mes doigts dans le suintement ouvert de ton anus quand tu jouis d'une longue saccade.

Partager cet article

Repost 0

commentaires