Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cyprine Palace
  • Cyprine Palace
  • : "un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la seule force interne de son style" G. Flaubert
  • Contact

Recherche

19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 23:18
Des huiles et des sels bulgari au citron vert. Les hublots des Bains sur la mer hors saison. Répendue sur les draps défaits. Rien ne passe de la circulation des yachts dans le port en contre-bas. La langue est un muscle qui se travaille. Se fatigue. Se saisi par moment de crampes à la recherche de rien au fond de ton sexe. Les méduses, les anémones, les filaments et membranes de rouge qui se gonfle en toi. Je passe lentement de contours en pourtours. Tu as lissé de tout poil le pubis. Je passe. Je mouille. Comme un effleurement. Comme si tout, le passé, les livres et les amours infinis se résorbait dans cette couture creuse. Dans l’ombre du pli, ma totalité qui repose. Tout, le temps que j’occupe ailleurs, se dépose dans cette commissure de ton ventre. A un moment, je pose la langue, grasse, épaisse, humide, douce... sur la fente. Il n’y a que le poids et les infimes papilles filliformes qui pèsent sans appuyer. Je me pose. Je me prépare. Insensiblement. J’appuie enfin. Je relache. Le mou doux des grandes lèvres. Leur épaisseur lisse. Et puis lentement, ma langue pénètre, à plat, écarte, s’enfonce, atteind le remou des petites lèvres, continue, pèse sur le capuchon, presse... et je la remonte, comme un lèchement qui frôle le clitoris. Lents et longs lapements. Je fouille les rainures, les plis, les rides, les toiles. Je rôde sans jamais y succomber aux alentours de la jointure, que je découvre par incidents. Comme d’irritantes inadvertences. Par saccades et déroutes, ma langue s’électrise. Puis s’interromps. Je te pourlèche la vulve. Je te cunnilincte. Je te vulvilincte. Je te clitolincte. Des humidités et des bouillons te montent et m’innondent par moment. Je bave. Tout se mélange, s’amollit. Mes lèvres se moulent à tes nymphes. Je te baise la bouche basse. Comme un ressac. Le goût de toi, de ces mers d’hiver. Des sels et des bains. Je cesse quand tu viens. Je reviens quand tu t’éloignes. Comme les immenses marées des équinoxes. Il y a les corbeilles de figues sur un bureau.

Partager cet article

Repost 0

commentaires