Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cyprine Palace
  • Cyprine Palace
  • : "un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la seule force interne de son style" G. Flaubert
  • Contact

Recherche

20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 21:22
Le cuir vieux. Du bois. Le lustre d’anciens fastes du hall. Le vent et la neige qui ne discontinuent pas. Ton rond blanc immense sur les deux rectangles blancs des Hauts Tatras. Le goût de fumée dans les bois blancs et de sperme. Une simple mousse noire dans les découpes géométriques. Aucune épilation nulle part qui endommage ce rude hiver slovaque. Les belles aisselles acres. Et les débordements des rousseurs noirs. Les poils libérés des chiffonnages qui aplatissent et mélangent. Ce que les textures et textiles compriment. Ton grand sexe exposé inerte face à la haute forêt de blanc dans cette suite de la tour d’angle du Grandhotel. L’ampleur dégagée des pilosités longues, des encorbellements de boucles noirs, comme clairsemées aux plis fins de l’aine ; et à nouveau mousseux dans la fuite des cuisses et en remontant par delà le pubis. Comme une ombre mangeant jusqu’au nombril. Tu caresses tes chevilles hautes dans l’écart extrème des deux trous. Le velours de nos plaintes inarticulées qui grisent et épaississent jusqu’à l’évasement gras du cul. Je lisse de la main cette immense pelure. Ma végétation. Mon horticulture. Ma serre chaude. De la buée qui suinte déjà à ta disjointure. Je touche ton eau qui vient. Il fait trop chaud avec le craquement du bois dans la cheminée du court bureau voisin. Je mêle l’huile aux torsades devenant grasses qui interdisent toute lumière vers les grandes lèvres. Aucun jour jamais qui ne touche les fragilités. L’envie du fond de mon rut de soudain tout exposer des plaines de jus rouges. Quand tu ruisselles sans même que je te touche encore. Quand je vois le rytme quasi de ta vie dans la suffocation et l’apréhension. Il redouble de neige épaisse et humide écrasée sur la vitre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires