Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cyprine Palace
  • Cyprine Palace
  • : "un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la seule force interne de son style" G. Flaubert
  • Contact

Recherche

3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 11:17
Mer grise et turquoise avec du vent dans tout le blanc des mousselines. Déjà de la sueur qui nous met humide dès le matin. Plein soleil à travers les claies.
La bouche parfaitement ajustée à l'amende. La douceur fragile de toutes les lèvres. La rugosité un peu âpre des poils du rebord. Le petit enflement liquide à mesure que j'infiltre ma langue, fouille les nodosités du canal rouge et que tes contractions strillent. Je lèche les coussins rouges dans la vulve. Contraindre de la lèvre supérieure l'infime capuchon qui se découvre dans les à-coups et suintements de cyprine. Je bouge la bouche et ton baillement s'évase, grandes lèvres écarts, petites lèvres avachies et distendues et ma bouche qui s'absorbe dans cet effondrement de rouge. Je la déplie lentement, la replie, par moment la tend jusqu'à la cambrure. Je te lèche, te pourlèche. De ma langue j'écarte tout, je force tout. Je l'enfourne et je m'immisce. Par moment elle prend une petite vitesse de frénésie. Je te lappe et je te lipe. Je suce, aspire, malaxe les tissus de nymphes. Je mordille et contracte. J'arrête d'un coup.
Te lisse lentement le sexe de la langue. Je reprends. Je l'agite. Je veux que tu jouisses. Que tu te cambres. Quand tu m'étouffes dans le resserrement de tes cuisses. Et que tu râles de ça. Que tu m'innondes. Que tu retombes. Comme un avachissement et le retour enfin du sens de tout.

Partager cet article

Repost 0

commentaires