Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cyprine Palace
  • Cyprine Palace
  • : "un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la seule force interne de son style" G. Flaubert
  • Contact

Recherche

25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 15:34

Chalet isolé par les masses de neige de février, soleil chaud depuis ce matin. Grandes planches de bois horizontale dans ce grand chalet-double avec comme un patio japonais entre les deux. Le bois noircis du grand air. Fourbus des descentes du Mont-Fort et du Mont-Gelé. La vue immense du Grand Combin et jusque vers le Mont-Blanc, l’Aiguille verte, les Grandes Jorasses sur un bleu sans plus aucun nuage. Des clairevoies en lattes de bois passé à la noix qui protègent les grands salons avec la cheminée de pierre et les peaux qui tapissent parquets et divans. Remonter du sauna en contre-bas, taillé à même la roche avec comme une cage de bois blanc et des charbons humides poussés jusqu’à l’étuve. Ta large peau rousse ruisselante de sueur, par boucles les cheveux dans le visage, suffoquant presque de chaleur et les poils longs de ta vulve aussi par mèches devenues humides. Des plaques rouges sur ta peau si blanche constellée d’effacement des taches de rousseurs et l’aréole dilatée de rose bulbé de sueur. Tu gouttes et des traces de mes doigts marquent là où je te touche, te presse, te serre, je te lèche entre les seins et mets les ongles dans la mollesse blanche de ton lait, l’idée de claquer fort ma main sur tes grasses callypes. Le fin bâton de cuir que je glisse entre les deux bulbes épais de tes lèvres grosses, y dégager l’eau grasse comme un gel tout doucement. Ta large vulve brouillée d’épais poils roux qui enfouissent et dissimulent tes petites lèvres rouge sang. Je te claque les fesses et tu sors du sauna, cours dans les peaux de renard argenté, ours blanc, moutons et lapins ourlés, escalades l’escalier de bois et tu sors nue dans la neige fraiche du patio dans l’éclat de la violence du soleil. Les pieds saisis de froid, je te suis, te bouscule et tu es accroupie dans la neige, entre la sueur et la chair de poule qui raidie ta peau, tes seins. Tu te figes, tu es en sueur, tu palpites. Je te maintiens dans la neige jusqu’au ventre, quarante centimètre sur cette terrasse de bois, je t’écarte le cul et lèche les poils de ta vulve ouverte. Je te grimpe en levrette et accroche mes deux mains à tes seins lourds qui pendent. Ma verge qui butte et entre d’un seul coup dans l’huile de tes grandes lèvres pas encore saisies par la neige qui te glace. Je suis dans des flaques de ta mouille quand peu à peu tu te contractes. L’anus obturé comme du minéral et tes lèvres de velures rousses qui me compressent. Je vais vite sans rien sortir pour laisser mon sexe dans le chaud de ta bouche chaude et la masse de poils de ton cul et ton pubis. Ton fort pelage d'hiver et de chienne. Callé contre toi, serrant les mamelles et te léchant l’oreille, la nuque. Je masse le bouffant de tes seins. Je tape fort dans ton cul, essaie à chaque fois de frotter au plus près du haut des fentes vers ta commissure. Que tu jouisses vite de la sueur encore des bêtes. Notre agitation pour maintenir chaude notre visque et arracher de nos ventres mous la montée de tes liquides et de mon lait. Je veux t’irriguer de ma colle et que tu geignes dans la neige qui te cisaille les genoux à quatre pattes sur cette terrasse inondée du soleil des Alpes. Le grand silence du blanc hormis nos essoufflements qui halètent. Mes cuisses qui te claquent et tu râles, je viens, je viens, je viens dans un gémissement que je saccade sentant du ruissèlement à nouveau dans ma verge que je sors et tape et rerentre les ongles dans tes seins que j’agrippe avec la montée du sperme dans mon ventre mon anus exhibé au soleil et que je dégorge, dégorge dans ton rouge de tout mon lourd que je pèse de mon poids sur toi qui t’effondre à plat dans la neige de la terrasse me laissant vider toutes les derniers jets de mes couilles dans ton sexe éventré de rouge et de molesse de toutes nos baises, saisis de froid, écrasés dans la neige, tremblants de fièvre et de printemps, aveuglés de blanc.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anna Hyss 12/09/2013 00:12

(Merci!... J'ai osé coller ces quelques traces, au vu et au su de tous... Je les enleverai si...)

Cathley 21/09/2013 23:58

Alors peut-être une adresse mail par le "contact" de ce blog pour parcourir toutes ces pièces encore sous draps...

Cathley 12/09/2013 21:51

Il n'y a pas de torture ni de fouille, seulement de l'attention. Quelqu'un vous regarde.
Il n'y a pas d'extraction. Il y a des verres, des lentilles, des oeilletons, des fenêtres... Aucun bris de glace. Tout au plus une attente. Mais qui peut tant durer qu'on en est venu à l'oublier. Qui s'est resorbée dans les motifs de tapisserie, dans l'oeil des boiseries.
Tu n'iras pas à cette fête de la voisine au sperme. Tu sors de la douche ou de ta nuit. Tu vas t'installer à la lunette pour le soir. Moins pour ce que tu vois de ces invités, que pour ce que tu exposes en te courbant nue à la longue-vue. A chaque fois je finis par disparaître. Mais tu attends cette fois-ci encore un moment. De cette autre côté des cloisons, c'est toi que j'observe respirer. J'écoute ton souffle et l'évasement de tes bouches.

Anna Hyss 06/09/2013 20:49

La voilà nue, démasquée, La Tisserande... avant l'heure.
Et cette vie derrière la cloison. Oui, presque cela.

(Vous m'impressionnez! Votre suite...)

Cathley 11/09/2013 22:21

Nue, démasquée, dis-tu. Il y a ce fin globe de verre noir derrière la lucarne opaque de l'entrée. Sur cet écran ou dans les failles, je te vois qui observe. Dans le confort de ta main entre tes cuisses, sur tes seins à l'abri depuis toujours... Au vue et su de tous par cette œilleton : http://annakronique.blogspot.ch/search/label/La%20Tisserande?m=1
Et cette vie derrière la cloison. On entend comme un souffle. Sans que personne ne se rejoigne. Quelques microns de latex irréconciliable. Je vois ton bureau avec cette huile sur le mur composée de fruits, fleurs, thé et poudre de riz. Je vois les images de toi, de ton corps nu qui sort de la douche. De ton corps que tu touches en t'essuyant, ne sachant pas que mon oeil suit ta main partout. Partout.

Anna Hyss 06/09/2013 14:33

:)
Bien... Bien...
Si c'est ainsi, vous devez savoir "Pourquoi?".

Cathley 06/09/2013 19:25

Il n'y a pas d'aiguilles, mais plutôt une lunette assez puissante. Il y a, comme dans Le château des Pyrénées une autre vie derrière la cloison. Vous le savez. Il y avait ce confort, de le voir, lui, avant, le locataire à la douche. Et l'effroi de s'exposer, là derrière l'œilleton à la vue de tous. Je vous suis avec attention depuis le début. Que savez-vous de l'appartement de l'angle? Depuis quand avez-vous compris? Etes-vous bien sûr de cet appartement de l'angle?

Anna Hyss 05/09/2013 14:12

Parce que... ce n'est pas encore l'heure.
Mais je vois que le bon lecteur que vous êtes avance les aiguilles.

Cathley 06/09/2013 10:07

Je ne suis lecteur de rien. Je réside dans cet appartement.

Anna Hyss 05/09/2013 00:53

Vous (me) raconterez?!

:)

Cathley 05/09/2013 09:16

La Tisserrande (suite)
Là cette petite fenêtre opaque en haut à gauche de l'entrée, elle ne donne pas sur le cagibi du palier. Entre ces deux appartements qui se font face avec la cour qui les sépare, il y a cet appartement d'angle dont tu as décidé de ne rien dire. Pourquoi?